118 éléments composent le tableau

Impressionniste, à nous un unique fragment :

Le caillou qui frise la corne de taureau.

On l’écrase, on le sniffe, et on part en marchant ;

 

Le chemin de la danse est un pré bétonné,

On entre dans la file, on constate peureux

Qu’on pleure sur la foule en sueur chevronné

Et la goutte ruissèle et on double nos yeux

 

Et on est vite empli d’un sentiment joyeux

Quand le photon nous frappe et qu’on entend les cieux !

Puis c’est le vert bilieux posé sur la terrasse ;

 

Pupille écartelée au fin fond du miroir,

Iris à la galère. Descente, déboire,

On pense à ses parents. Le palpitant s’agace.

Retrouvez-moi ici :