Pieuvre à Plumes

Histoire de jeter l'encre

Auteur : Pieuvre à Plumes

La Boum

Jeff suffoquait presque.

« C’est cool… de revoir… ma cousine… mais… plein le cul… des soirées… déguisées.

— Et… des… escaliers » ajouta Isidore, au bord du malaise.

Ascenseur en panne, sept étages à pied. Ils durent s’arrêter pour reprendre leur souffle.

Lire la suite

La boum 2

Mon chéri,

On te souhaite un joyeux anniversaire ! 30 ans déjà… Ça se fête !

Gros bisous.

Maman (et papa)

PS : quand passes-tu nous voir ?

 

Isidore retourna la carte. C’était une photo de la montagne en face des chez ses parents.

« Les enfoirés… »

Lire la suite

Max le Beau gosse

Dix minutes que Jeff essayait d’atteindre le comptoir sans succès. Dix minutes à tenter de percer le mur d’Américaines ivres mortes qui lui barraient la route. Il se retourna et pesta mentalement contre Isidore, tranquillement assis à une table haute de l’autre côté de la salle. Jeff aurait bien aimé un peu de compagnie en attendant son tour, mais l’ancien colocataire avait décliné de l’accompagner : il fallait selon lui « quelqu’un pour garder la table ».

Lire la suite

Summertime

Summertime, and the livin’ is easy
Fish are jumpin’ and the cotton is high
Oh, your daddy’s rich and your ma is good-lookin’
So hush little baby, Don’t you cry

One of these mornings you’re gonna rise up singing
And you’ll spread your wings and you’ll take to the sky
But ’til that morning, there ain’t nothin’ can harm you
With Daddy and Mammy standin’ by

Lire la suite

Bas soleil, branche brisée

Conte marin

Je suis mort. Comme prévu, ç’a été horrible. Enfin, la mort pas tant que ça, mais la descente, fiou ! Un enfer ! J’avais donc raison : faut pas monter en avion. « Mais les statistiques, mais les gnagnagna… » Ouais ouais, je les connais ces statistiques. N’empêche qu’il y a encore des avions qui tombent, et il a fallu que ça me tombe dessus… que ça me tombe dedans… que ça me tombe avec… j’en sais rien, voilà. Et puis j’ai pas que ça à faire, non ?

Lire la suite

La pêche aux titres originals

En fait il s’agit de pêche aux titres originaux. Je devais pas être bien réveillé. C’était l’automne, disons, parce que c’est ma saison préférée. C’était aussi sur les quais, j’aime pas bien les quais mais rien ne me vient, c’est des quais carrés alors histoire de me rebeller un peu je vais les faire ronds et y coller un arbre et demi, tiens.

Lire la suite

THC-0

L’enterrement

Pape 2.0

Le jour de sa venue, ils se levèrent aux aurores pour attendre sur le boulevard Toudroit-Trélon. Tous portaient un t-shirt à l’effigie du fameux casque chromé, surmonté, en lettres dorées, de la devise papale : « Pape est là, Pape plus là ».

Lire la suite

Tendresses

Morosité dans la Twingo. Le beauf conduit, la sœur est à côté. Trois frères à l’arrière.

 

— Papa c’était quand même un gros chaud lapin, dit la sœur.

Lire la suite

Alambiqués

23 juin

Ballast

Pour Marion, ce voyage en train était une anomalie. Elle avait juré de passer ses vacances chez elle, bien au frais, à regarder ses séries préférées. Non, elle ne s’assiérait pas à la terrasse d’un café pour profiter du beau temps estival, pas plus qu’elle n’irait flâner au parc. Trop de soleil, d’enfants, de parents… Trop de tout. Promis, juré : elle ne franchirait la porte de son appartement qu’en cas de pénurie de sucreries.

Lire la suite

Brume simplette

L’étang

Épigramme à V. B.

Lise + Éric

Rondel à Jules Prestof

Retour en ville

Tortue

L’illuminé

Kokoïsky

Laurent

Prague

Les Hommes-Chiens

Concours – Le poème de concours ultime, en alexandrins bien évidemment

L’école de la Bite de la République

À douze ans j’avais un copain qui s’appelait Boris, dix ans. On était cul et chemise, avec Boris, toujours à faire brûler des trucs près du club équestre où on nous envoyait faire du poney pendant l’été. Je haïssais les poneys, mais putain, ce que j’aimais Boris. Avec sa petite bouille, sa petite taille, sa petite bite, les gens lui donnaient le Bon Dieu et ne manquaient pas de lui demander s’il en revoulait, alors qu’il passait son temps à se branler en pensant aux monitrices.

Lire la suite

Interlude de Grümp n°1

Chaque semaine, mois, année ou décennie, la Pieuvre ouvre ses colonnes à Grümp l’OFNI (Objet flottant non identifié). Il veut raconter sa vie. Je lui ai bien dit de dégager, mais le courant me le rapporte toujours comme une espèce de boomerang maudit (Lord Nicolas Cage, me contacter en MP si l’idée vous intéresse). Voici donc la dernière saillie de Grümp. Il la dédie à tous ses ennemis de l’île d’Oléron. Comprenne qui pourra :

Lire la suite

Hockey, Eustache

Mon colocataire Eustache me tape sur les nerfs, il refuse de quitter ma chambre.

— Allez, t’as gagné : je te le donne le ticket !

— En quelle langue faut te le dire ? J’aime pas le sport, Eustache.

— Mais là c’est du hockey ! Du hockey ! Pif-paf, quoi !

Il finit par m’avoir en me promettant une collation, une fois à la patinoire.

Lire la suite

Interlude de Grümp n°2

Chaque semaine, mois, année, etc. etc., la Pieuvre ouvre ses colonnes à Grümp l’OFNI (Objet flottant non identifié). Il nous les brise avec sa vie. Je lui ai bien dit de dégager, mais le courant me le rapporte toujours comme une espèce de boomerang maudit (Lord Nicolas Cage, franchement, je vous ai connu moins regardant, donc MP fissa). Voici le dernier renvoi de Grümp. Il le dédie à tous les pesticides Monsanto. Comprenne qui pourra :

Lire la suite

Jägermeister

Cindy n’avait ni GPS, ni smartphone. Elle en était très fière. « Rien ne vaut une carte et une bonne vieille boussole », déclarait-elle à qui voulait l’entendre, et même à certains qui n’avaient rien demandé. Elle déplia donc sa carte et se repéra facilement. Après avoir traversé le ruisseau, il lui faudrait encore une bonne heure de marche pour arriver au refuge.

« Vous n’avez pas peur de dormir là-bas ? » avait demandé le propriétaire de la chambre d’hôte où elle avait passé la nuit. « On dit que c’est hanté. »

Lire la suite

Des facéties de Monsieur Connard et de son renard merveilleux

Si je dois l’écrire, je dois l’écrire vite, car on peut m’interrompre n’importe quand pour me demander l’heure, une cigarette ou même son chemin, des choses que je possède et dont l’idée même de me défaire m’est insoutenable. Avant donc d’être interrompu, j’aimerais vous parler du connard au renard qui traîne aux abords de la rue Édouard d’Anjou, dans le deuxième arrondissement. 

Lire la suite

Ricochet, Eustache

1

 

Joséphine suivit Théophilia le long d’un corridor bleuté. Sa nouvelle collègue ouvrit une porte qui donnait sur une pièce où trônaient cinq bureaux disposés en quinconce ; quatre de taille moyenne en fer et le cinquième plus grand, en bois. Il occupait le centre de la pièce. Assise à ce bureau, une forme massive leur tournait le dos. Théophilia regarda Joséphine.

— Joséphine, je te présente Valéria Alamo, notre responsable.

La forme pivota lentement pour dévoiler un visage asymétrique jusqu’aux yeux posés au fond des culs de bouteilles. Alamo, la cinquantaine, fixa Joséphine qui se rapprocha en tendant la main.

— Ne bougez plus, fit Alamo. Aimez-vous les mots, Mademoiselle ?

Lire la suite

Pieuvre à plumes & Par François Sechier