J’ai pris un crédit sur mes possibilités

Pour fumer chaque soir, la fenêtre entrouverte,

Et dormir comme on dort les neurones grillés.

 

Je quitte Barcelone un matin de juillet ;

Le poids de l’intérieur et la brume simplette,

C’est la D, c’est la Ké, arrosées d’XTC.

 

Funambule mental de rebord de fenêtre

Je quitte Barcelone et reviens à la vie,

Ma vie simple et sincère et pétrie de non-dits.

 

J’ai bien gardé la corde et une idée, benête,

Celle de la tendre sous le poids de ma tête ;

Aux synapses gelées collent les éléments…

 

Alors quoi, maintenant, les enfants, la folie ?

— Retrouvons Saint Joseph, baisons-le goulûment —

J’ai déjà vingt-six ans… C’est le tiers de ma vie.

Retrouvez-moi ici :