Muse moisie qu’effet jauni doit anoblir,

D’un rot baveux tu feins l’entrain, c’est à vomir !

Tu vieillis mal. Défais ce corset tendancieux.

Tu es pour moi ce que putain est pour un dieu.

 

La rime faible je m’amène dévêtu,

Ma langue pèse… Elle est plus lourde que mon cul.

« Fétide écrivaillon, qu’attend-on d’un troufion ?

Régale-moi de ta divine exhalaison !

 

Trifouille mon nombril, déguste sa pelote :

Elle a un goût de chiotte et pas de bergamote. »

Vous vous y attendiez ? Lecteurs dévergondés !

 

Mais je dois m’arrêter car déjà je médis :

Pitié, votez pour moi, c’est bien ma seule idée…

Je serai couronné si le cœur vous en dit !

Retrouvez-moi ici :