Gare de Saint-André, dimanche après-midi :

Charogne de semaine qui goutte et empeste

De sa flemme le paysage et les esprits.

Pâle soleil, vieux fruit pourri : tu fonds… Funeste.

 

L’orage blanc qui nous percute pulvérise

Des rivières sur les vitres du TER

Tonnant à travers champs ; métallique la brise

Et sa flotte de notes font vibrer la terre.

 

L’ocre des carrières s’est posée sur les toits ;

Les graffiti pervers piaillent en contrebas,

Érections fleurissant l’entrepôt déserté.

 

La prison picorée par le dur bec de grue

Exhibe dans le vent son insalubrité…

Vient le crachat du ciel sur l’enfer mis à nu.

 

Retrouvez-moi ici :